COMPRENDRE LA CHARTE AFRICAINE DE LA JEUNESSE

Charter frenchkayumbaarthurCharter frenchkayumbaarthur (265.66 Ko)

      GUIDE A LA CONNAISSANCE DE LA CHARTE AFRICAINE DE LA JEUNESSE .

 

Copyright 2010 PJ-RDC ©

►Intention globale : faire acquerir des techniques et méthodes au formateur par le renforcement de ses capacités de transmission du contenu de la charte Africaine de la jeunesse.

 

►Profil (Concerné ou bénéficiaire ): Formateur ou guide  formé ; spécialement les experts à la jeunesse ; les encadreurs des jeunes ; les jeunes leaders des mouvements associatifs et organisations des jeunes ; des confessions réigieuses ; des universits ; des partis politiques…

 

►Contenu : connaissance et mise en œuvre de la charte Africaine de la jeunesse.

 

►Timing : 3O heures pour 4 jours.

 

►Outils  : des stylos, marqueurs ; flips shaps ; des carnes ; des instruments juridiques simulaires.

 

PREAMBULE

 

( Breve historique introduite par le guide et le facilitateur )

 

A travers plusieurs instruments juridiques nationaux et internationaux  relatifs à la défense ; à la protection et à la promotion de la jeunesse ; la communauté internationale  a proclamé les aspirations emblématiques de l’idéal qu’espèrent atteindre les Etats du monde pour leur progrès social par l’instauration des meilleures conditions de vie juridique dans la plus grande liberté en faveur d’un inivers intègre de toutes les couches sociales dans une approche participative qui puisse permettre aux femmes et jeunes de constribuer éfficacement à la transformation des societés  et pour la prospective des générations futures. Telles sont les résolutions proclammées par les peuples du monde , dans la charte des nations unies dépuis 1945 ; la déclaration universelle ux droits de l’homme de 1948 ; la convention internationale sur les drois économiques, sociaux et culturels de 1976 ; la convention internationale sur les droits civils et politiques de 1976 ; la convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’encontre des femmes de 1979 ; la convention relative aux droits de l’enfant de 1989 ; du programme des objectifs du millénaire pour le développement de 2000 ; ainsi que du programme d’action mondiale pour la jeunesse des nations unies de 2000 ;

 

Partie prenante au mouvement mondial en faveur des enfants lancé dès 1923 ; à l’année internationale  consacrée à la jeunesse de 1985 et au programme d’action mondial pour la jeunesse des nations Unies, le continent Africain  par le canal de l’organisation contienentale «  Union Africaine », s’est engagée à promouvoir, à défendre et à protéger les droits et le bien etre des jeunes Africains par leur pleine  et effective participation au processus de développement des societés en mettant au devant de la scène : la vision, les aptitudes, la créativité et l’écoute très sérieuse des avis et opinions des jeunes Africains.

 

Pour intégrer cette vision dans sa politique, l’Union Africaine guidée par son acte constutif a depuis 1986 adopté la charte Africaine des droits de l’homme et des peuples.

Bien avant, la sixième session ordinaire des chefs d’Etats et des gouvernements membres de l’Organisation de l’Union Africaine tenue à MONROVIA au LIBERIA du 17 au 20 Juillet 1979 avait reconnu le besoin et la nécéssité de prendre des mesures appropriées en faveur de la promotion et de la protection des droits et du bien etre de l’enfant Africain. C’est pourquoi en 1991, les Etats Africains proclament une journée internationale de l’enfant Africain celebrée chaque le 16 Juin en mémoire des enfants de SOWETO RSA  victimes des afres d’appartheid et du massacre du 16 Juin 1976. Une année plus tard c’est-à-dire en 1992, l’organisation de l’union Africaine actuelle Union Africaine, convoque la conférence régionale sur l’assistance à l’enfant Africain à  DAKAR/SENEGAL, à l’issu de laquelle une déclaration nomée «  CONSENSUS DE DAKAR » fut adoptée ; cette déclaration mit l’accent sur la nécéssité pour les gouvernements de prevoir des structures appropriées pour suivre et évaluer la mise en œuvre des plans d’actions nationaux en faveur du jeune enfant Africain.

 

En 1999 ; en Alger,  l’Organisation de l’Union Africaine actuelle Union Africaine , à travers une résolution adoptée par le sommet des chefs d’Etats et des gouvernements, salue le plan d’élaboration d’une charte panafricaine de la jeunesse, en cette meme année la charte Africaine sur les droits et le bien etre de l’enfant est adoptée . 

 

Dès lors ;  l’enfant Africain fit l’objet des préoccupations des divers acteurs sociaux privés et publics, nationaux et internationaux. Mais bien que l’Afrique ait adopté cette charte au lendemain de l’adoption de la convention relative aux droits de l’enfant par l’assemblée générale des Nations Unies ; la pertinence est loin d’etre traduite en faits d’impact visible ; biensur on reconnait desormais qu’est enfant juridiquement ; toute etre humain agé de moins de 18 ans possédant des droits et devoirs . Le contexte de crise socio-économique, d’instabilités politiques, des dictatures, de mauvaise gouvernance et  des conflits armés ont causé d’énormes catastrophes  ayant compromis le progrès démocratique sur le continent, bref les descennies précedentes ont gravement boycotté les avancées accomplies en faveur de la jeunesse Africaine ; tout a été remis en cause.

 

Toute de suite, ce sont des études en études qui s’effectuent et indiquent que le continent Africain est majoritairement habité à 65% par les personnes de moins de 26 ans ; c’est pourquoi depart sa jeunesse ; l’Afrique devra accorder une attention particulière à cette catégorie de la population pour un un développement durable et favorable à toutes les générations du continent.

 

Au regard du contexte ; dès l’année 2000 plusieurs Etats Africains ont commencé à mettre en place des parlements des jeunes,des forums des jeunes, des conseils nationaux des jeunes, des comités et parlements d’enfants en vue de la participativité des jeunes aux demarches de prise de décisions dans les questions leur concernant et touchant directement  la vie de leurs communautés ; les jeunes ont commencé à etre encouragés à participer à des grands sommets de l’Union Africaine,…

Pour atteindre les idéaux assignés en faveur de la jeunesse ; en 2004, l’Union Africaine mit en place un cadre d’action stratégique du programme en faveur de la jeunesse du nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique NEPAD,qui vise le renforcement des capacités  et l’éppanouissement des jeunes.  En vue de lui permettre de jouer le role qui lui est dévolu en tant qu’agent dynamique de la gouvernence et de la prise des décisions.

 

En 2005 ;  diverses organisations des jeunes du continent se rencontrent à BAMAKO au MALI, et lencent  un appel à l’intention des Etats et gouvernements membres de l’Union Africaine pour la promotion et le renforcement  des capacités  de la jeunesse ; pour la facilitation de son accès à l’information en vue de lui permettre de jouer le role qui lui est dévolu en tant qu’agent dynamique de la gouvernance et de la prise de décisions.

 

C’est concients de toutes les demarches  et recommandations, que les Etats et gouvernements membres de l’union africaine  se reunissent à la septième session ordinaire de la conférence et adopte La charte Africaine de la jeunesse le 02 Juillet 2006 à BANJUL/GAMBIE,

 

La charte Africaine de la jeunesse étant un instument juridique continental lève des équivoques sur la définition juridique et claire de la jeunesse, de ses droits et devoirs envers lui-même,l’Etat et la societé en général.

 

Malgré que des efforts considérables ont été fournis pour son adoption ; la charte Africaine de la jeunesse demeure une lettre morte parce que jusque là aucun des Etats parties ne l’a ratifié  ni mis en œuvre ; elle reste inaperçue et ignorée par les jeunes d’où la nécéssité de la vulgariser auprès de la cible et de constituer un groupe de pression pour sa ratification et sa mise en œuvre par le gouvernement de la République Démocratique du Congo.

 

A ce jour il est très capital de faire pression aux instutitions pour l’observation .

II . GENERALITES SUR LES DROITS HUMAINS ET LA RELATION AVEC LA CHARTE AFRICAINE DE LA JEUNESSE

 

Intention partielle

►Faire comprendre la problématique sur les droits de l’homme à la charte Africaine de la jeunesse.

►Evaluer le niveau de connaissance de la CAJ .

►Définir  la charte Africaine de la jeunesse .

►Inventorier les moyens et stratégies pour sa vulgarisation .

►Faire comprendre les notions de droits et devoirs.

►Faire comprendre la relation entre la charte Africaine de la jeunesse et les autres instruments juridiques nationaux et internationaux.

 

En assemblée, le guide interroge ses interlocuteurs sur leur connaissance d’autres instruments juridiques et situer le concept droits de l’homme.

 

*FICHE TECHNIQUE

 

1.1.           LES DROITS DE L’HOMME ET LA CHARTE AFRICAINE DE LA JEUNESSE

 

1.1.           Qu’est-ce que les droits de l’homme : Définition

-          La personne humaine designe une créature ; un etre vivant crée par l’architecte de la terre quelque soit le genre. Hommes ; femmes ; viellards, enfants ; jeunes ; sourds…

-          Le droit par définition simple est un ensemble des règles établies par, dans et pour la societé en vue du maintien de l’ordre social dans le strict respect des droits et obligations envers la reciprocité positive c’est-à-dire les principes prescrits du droit écrit ; qui précisent les libertés et obligations de tout homme ; soit dirigé et dirigant ; riches et pauvres ; professeurs et étudiants ; enseignant et élèves ; transportés et transporteurs…

-          Pour le Droit ; la liberté est une conséquence du pouvoir primitif doté à l’homme d’agir dans le strict respect d’autrui ; c’est-à-dire faire tout ce qui ne peut nouire au prochain. C’est pourquoi le plus souvent, il est dit que là que se limite sa liberté, et c’est là meme que commence la liberté de l’autre.

-           Les obligations constituent aussi un pouvoir  naturel de conscience doté à l’homme en vue respecter les principes du droit naturel et du droit positif ; bref une philosophie morale par excellence.

En un mot ; quand on parle des droits de l’homme, on fait allusion :  le droit ; la liberté et devoir. Bien que l’homme demeure loup pour l’homme. Il faut noter que l’instrument juridique qui contient les dispositions sur les droits de l’homme ; s’appelle la déclaration universelle aux droits de l’homme de 1948 ; dans cet instrument les auteurs en ont repartis en deux types de droit entre autres ; les droits individuels et les droits collectifs.

  • Les droits indivuels sont ceux qui prennnte l’homme dans son individualité en tant qu’etre humain.
  • Les droits collectifs sont ceus qui considèrent l’ensemble des individus d’une societé. Par ailleurs ; il faut aussi dire que ces deux types des droits peuvent etre aussi divisés en catégories ; dont : les droits civils et politiques ; les droits économiques et sociaux. 

 

-          Les droits civils et politiques : c’est l’ensemble des droits et libertés que possèdent toute personne en tant que citoyen  lui attestés par l’Etat et la societé. Exemple : l’adhesion à un parti politique ; santé : à la vie

-          Les droits droits économiques et sociaux : l’ensemble des droits du pouvoir vivre par l’effort de ses propres efforts et par l’argent. Exemple : payer pour s’instruire ; droit a travail ;….

1.2 Qu’est ce que la charte africaine de la jeunesse :

 

III. LES GRANDES PARTIES DE LA CHARTE AFRICAINE DE LA JEUNESSE

La charte africaine de la jeunesse comprend 31 articles.

 

  1. 1.      Du 2ème au 25ème : concernent les droits fondamentaux de la jeunesse.
  2. 2.      Le 26ème article concernent les responsabilités des jeunes.
  3. 3.      Le premier article, le 27ème au 31ème : concernet les obligations des Etats parties et de l’Union Africaine.

Chaque article de la charte africaine de la jeunesse constitue un thème principal. Dont :

 

  1. 1.      De la non discrimination. Article 2
  2. 2.      De la liberté de circulation article 3
  3. 3.      De la liberté d’expression article 4
  4. 4.      De la liberté d’association. Article 5
  5. 5.      De la liberté de pensée ;de conscience et de réligion : article 6
  6. 6.      De la protection de la vie privée : article 7
  7. 7.      De la protection de la famille : article 8
  8. 8.      De la proprieté : article 9
  9. 9.      Du développement : article 10

10. De la participation des jeunes. Article 11

11. De la politique nationale pour les jeunes : article 12

12. Du développement de l’enseignement et des compétences. Article 13

13.  De la lutte contre la pauvreté et de l’integration socio économique des jeunes article 14

14.  Des moyens de subsistance durable et emploi des jeunes article 15

15. De la santé : article 16

16. De la paix et la sécurité : article 17.

17. De l’application de la loi : article 18

18. Du dévelopement durable et de la protection de l’environnement : article 19

19. De la culture des jeunes : article 20

20. Des jeunes de la diaspora : article 21

21. Des loisirs ; activités socio-éducatives ; sportives et culturelles article 22

22. Des filles et des jeunes femmes : article 23

23. Des jeunes ayant des besoins spécifiques article 24

24. De l’élimination des pratiques sociales et culturelles nefastes. Article 25

25. Des responsabilités des jeunes : article 26

26. Des responsabilités des Etats parties article 1, 27 au 31.

Cependant ; nous pouvons distinguer les 26 principaux articles en 3 grandes approches. De l’approche de protection ou de garde ; de l’approche  socioéconomique et d’integration et l’approche participative et culturelle.

 

  1. a.      L’approche de protection

Par définition ; c’est l’ensemble des droits capitaux visant à protéger l’humanité juvénile contre toutes formes de pratiques nuisibles à la croissance du jeune : integrité physique,mortale et spituelle ainsi que de la suvie. Il s’agit de :

 

  1. 1.      De la non discrimination. Article 2
  2. 2.      De la liberté de circulation article 3
  3. 3.      De la protection de la vie privée : article 7
  4. 4.      De la protection de la famille : article 8
  5. 5.      Du dévelopement durable et de la protection de l’environnement : article 19
  6. 6.      De  l’application de la loi : article 18
  7. 7.      Des jeunes de la diaspora : article 21
  8. 8.      Des jeunes ayant des besoins spécifiques article 24
  9. 9.      De l’élimination des pratiques sociales et culturelles nefastes. Article 25

 

  1. b.      L’approche d’intégration

 C’est l’ensemble des droits à la vie et à la satisfaction des besoins. Il vise à permettre aux jeunes de jouir et exercer  leurs droits et devoirs en tant que citoyen d’un Etat en contribuant directement à la transformation des societés aux sein desquelles ils vivent ; et au sein des quelles les communautés acceptent d’intégrer les jeunes à la fabrication de la vie pour un avanir meilleur ; par la réalisation de leur potentiel.

 

  1. 1.      De la proprieté : article 9
  2. 2.      Du développement : article 10
  3. 3.      Du développement de l’enseignement et des compétences. Article 13
  4. 4.       De la lutte contre la pauvreté et de l’integration socio économique des jeunes article 14
  5. 5.      Des moyens de subsistance durable et emploi des jeunes article 15
  6. 6.      De la santé : article 16
  7. 7.      Du dévelopement durable et de la protection de l’environnement : article 19
  8. 8.      Des filles et des jeunes femmes : article 23

 

  1. c.      De l’approche participative.

C’est l’ensemble des droits qui tissent les liens entre les jeunes et leurs communautés ; c’est une approche qui permet aux jeunes de jouer un role très actif dans la societé ; les encourager à participer au processus sociopolitique et economique de sorte que leurs opinions soient entendues et mises en œuvres.

 

 

  1. 1.      De la liberté d’expression article 4
  2. 2.      De la liberté d’association. Article 5
  3. 3.      De la liberté de pesnée ;de conscience et de réligion : article 6
  4. 4.      De la participation des jeunes. Article 11
  5. 5.      De la culture des jeunes : article 20
  6. 6.      Des loisirs ; activités socio éducatives ; sportives et culturelles article 22
  7. 7.      Des responsabilités des jeunes : article 26

FICHE TECHNIQUE DU GUIDE

 

 

  1. 1.      Qu’est-ce qu’enfant.
  2. 2.      Avez-vous déjà entendu parler de la CAJ
  3. 3.      Si oui ; qu’est ce que la CAF.
  4. 4.      Ou l’avez-vous connu. ?.
  5. 5.      Comment l’avez connu
  6. 6.      Quand est ce que la CAJ avait été adopté.

 

SUITE DES TRAVAUX EN CARREFOUR.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Droit de reproduction, traduction et amendement reservé au parlement des jeunes de la RDC. Analyse, orientation et conception de l’ambassadeur Arthur OMAR KAYUMBA, membre du cadre de concertation sur la charte Africaine de la jeunesse,   KINSHASA .

 

Commentaires (1)

1. CIZUNGU (site web) 07/06/2016

Présentation de l’UJDPGL

1. Historique

L’Union des Jeunes pour le Développement des Pays de Grands Lacs, « UJDPGL asbl » en sigle, a vu le jour, le 11 novembre 2013 en République Démocratique du Congo.
Une association de développement, à but non lucratif, philanthropique, non confessionnelle de la société civile. L’idée de la création de l’UJDPGL est venue suite à la mauvaise politique frontalière des pays dans la Régions des grands lacs Africains; le chômage et la pauvreté des jeunes, au risque d’inciter la jeunesse à la haine, au tribalisme et à la séparation, au détriment de la paix, la coopération, le développement durable et la stabilité, pourtant la jeunesse est l’avenir de demain.

2. Rayon d’actions

L’association UJDPGL a pour rayon d’action la Région des grands lacs Africains en général et en particulier en RD Congo, actuellement dans les huit territoires et la ville de Bukavu qui composent la Province du Sud-Kivu plus précisément.

3. Siege Régional

L’union des Jeunes pour le Développement des Pays de Grands Lacs a son siège social, en République Démocratique du Congo, dans la Province du Sud-Kivu ; précisément à Bukavu, dans la commune d’Ibanda, quartier Ndendere sur l’Avenue Patrice Emery Lumumba.

4. Domaines interventions

1. Paix & Droits humains ;
2. Education & Santé ;
3. Sécurité alimentaire (Agriculture, Pèche et Elevage) ;
4. Emplois & Infrastructures ;
5. Environnement & Développement durable ;
6. Entrepreneuriat & Nouvelle technologie et Communication ;
7. Culture-Arts, Sports & Loisirs.

5. Vision

- Offrir à la jeunesse des pays de la CIRGL, un espace de réflexion et de concertation pour un changement positif, un développement durable et promouvoir une société équitable.

6. Mission

- Promouvoir une société juste et équitable accordant les mêmes chances de réussite à ses filles et fils pour un développement durable par la bonne gouvernance, le respect des droits humains, la paix et la démocratie.

7. Objectifs spécifiques

- Plaider la cause de la jeunesse à tous les niveaux ;
- Promouvoir la paix, le respect des droits humains et la démocratie ;
- Protéger l’environnement et lutter contre le réchauffement climatique ;
- Arbitrer pacifiquement les conflits (sociothérapie) et réconcilier les peuples ;
- Encourager les initiatives de développement des jeunes ;
- Contribuer à la coopération régionale de développement et la paix entre les jeunes des pays de la CIRGL ;
- Combattre les viols, violences sexuelles et basées sur le Genre ;
- La protection de l’enfance et assistance aux enfants en rupture avec la scolarité ou en situation difficile ;
- Apprentissage des métiers aux jeunes désœuvrés et aux personnes vivant avec handicapes ;
- Encadrer les adultes dans les centres d’alphabétisation fonctionnelle aux droits ;
- Lutter contre les maladies épidémiques, endémiques et pandémiques sévissant dans nos communautés, notamment le VIH/SIDA, la Tuberculose, le Paludisme, l’épilepsie, la lèpre ; les maladies d’origines hydriques et des mains sales, etc.
- Eduquer les jeunes à la citoyenneté responsable et la démocratie ;
- Encourager l’éducation des jeunes, lutter contre le chômage et la pauvreté des jeunes ;
- Promouvoir l’agriculture, la pèche et l’élevage ;
- Faciliter l’accès de la population aux infrastructures de base ;
- Promouvoir le leadership féminin et de la jeunesse.

8. Organisation


- Une assemblée Générale (AG) ;
- Un Conseil d’Administration (CA) ;
- Un Commissariat aux Comptes
- Une Coordination.


9. Quelques réalisations de l’UJDPGL

- Octobre 2015 à Nyangezi : Entretien du tronçon routier d’à peu près 1km, sur axe Cibimbi – Kalengera, dans le territoire de Walungu.

- Novembre 2015 : conférence-débat sur « le leader ship et bonne gouvernance » à Bukavu, en faveur des Jeunes Congolais, Rwandais et Burundais.

- Décembre 2015 : conférence-débat sur « comment promouvoir l’emploi des jeunes, dans le domaine agricole », dans les groupements de Lurhala, à Ciherano, en territoire de Walungu et en faveur de la population du milieu.

- Janvier 2016 à Bukavu : Sensibilisation de la jeunesse du quartier Muhungu sur « la consommation abusive de l’alcool et autres produits toxiques ».

- Organisation d’une journée de réflexion sur l’influence, l’exploitation de la jeunesse, la corruption, les conflits, tribalisme, clanisme, népotisme et comment éviter les antivaleurs pour prioriser les vraies valeurs. Organisée en Janvier, en faveur des jeunes leaders de toute la province du Sud-Kivu.

- Janvier-Février 2016 à Nyangezi : Enquête sur la gestion des déchets ménagers et l’usage des toilettes dans des familles. Sur 188 ménages visités, 84 ménages possèdent des poubelles et 104 ménages n’en ont pas ; en termes de gestion des toilettes, 169 toilettes en bon état, 14 toilettes en mauvais état et 5 ménages se soulagent à belle aire.

- Sensibilisation sur la gestion des conflits à Nyangezi. Il s’agit notamment de phénomène d’une dame (Mujakazi) qui a une maison de prière, avec sa présence la population l’approche et le soumet des cas des maladies, alors elle profite de ces sollicitations pour créer des conflits entre les habitants, aboutissants à la justice populaire.

- Nous avions toujours participé activement dans des réunions des différents clusters, notamment : RMC (réunion mensuelle de concertation) organisée par le BCNDH de Nations-Unies, Groupe de travail protection et prévention, OCHA Sud-Kivu, les réunions hebdomadaires du Bureau de Coordination des organisations de la Société Civile du Sud-Kivu.

10. Partenaires

- La plate-forme Horyou, siège de Genève.
- La plate-forme Congo-unis.
- UJDBU (Union des Jeunes pour le Développement du Bushi & Buhavu) à Bukavu.
- MWOC (Midwives of Congo) : Distribution des vivres et des non vivres aux femmes enceintes dans la maternité de l’hôpital Mukongola à Kabare ; Identification et intégration des enfants issus des viols ou situation difficile.
- Le Bureau de coordination de la Société civile du Sud – Kivu.

Fait à Bukavu, le 17 mai 2016
La Coordination de l’UJDPGL

Bureau de coordination Régionale UJDPGL asbl/BUKAVU SUD-KIVU/RDC
communication,sansibilisation, paix,reconciliation et bonne gouvernance,leadership, éducation et entrepreneriat +243 816888814 ,+243 840417577, skype:leon.cizungu1, twitter: @leoncizungu

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×